1460-70_Bellini_Le _Christ_benissant_Louvre_Paris

01 Giovanni Bellini, Le Christ ressuscité et bénissant

Bonjour à toutes et tous,

Sur une idée grandement amenée par Jacques Deffarges,
voici la 1è des œuvres d’art (après l’œuvre “0”) que je m’en vais vous envoyer dorénavant,
au rythme du temps qui passe, de mes appétences et des thèmes étudiés, pourquoi pas ?
L’objectif ?
Vous demander de commenter tant historiquement, que techniquement, mais surtout artistiquement et au delà, ce que cette œuvre d’art vous dit, et comment elle vous arrive jusqu’au cœur.
– Vous savez, cette petite bête parfois malade qu’on oublie tant notre quotidienneté est tournée vers le quantifiable ou l’impulsion émotive, alors qu’elle ne prête plus guère à la grande émotion, alliée parfois à la sérénité voire à la plénitude-

Donc, mon choix se porte sur un tableau de Giovanni BELLINI (né entre 1425 et 1433, mort en 1516),
dont le sujet convient à un vendredi Saint… comme à notre Humanité en souffrances :
Le Christ bénissant, peint entre 1460 et 1470, huile sur bois de 58 × 46 cm, qui se trouve au Louvre.

Joyeuses Pâques confinées.

Admirez, savourez, étudiez…

Amicalement,
Jean-François

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
MENAGER Monique

 Impressions, analyses de l’œuvre de Giovanni Bellini « le Christ bénissant »

Impressions – Lors de mes visites au Musée du Louvre j’ai admiré le tableau de Giovanni Bellini : « le Christ bénissant». Je me souviens de mon étonnement en voyant ce Christ fatigué, amaigri, en souffrance . Un tel visage se voit souvent dans les sculptures, mais rarement en peinture où il apparaît plutôt, en majesté, triomphant, rayonnant.

Sur ce tableau le Christ est représenté en buste, il tourne la tête légèrement vers la gauche, il lève la main avec deux doigts dressés en signe de bénédiction . Il est habillé d’une chasuble blanche à festons dorés . Les plaies sont visibles au creux de ses mains, et sur son flanc droit à travers un trou dans sa chasuble. Mais ce qui concentre particulièrement mon attention c’est ce regard pathétique, exprimant la douleur. Ses yeux sont gris sombres, cernés, et infiniment las. Il ne nous regarde pas, il semble perdu dans un autre monde.
Autour de sa tête l’ auréole est réduite à quelques traits lumineux. Un paysage occupe le fond du tableau. On peut distinguer, un chemin serpentant autour de collines jusqu’au;
château ou arrivent de petits personnages. Le paysage semble avoir peu d’importance par rapport au ciel nuageux aussi sombre que le Christ. Cette œuvre est magnifique elle nous oblige a la contemplation , à la méditation.

Bellini utilise dans cette œuvre la peinture à l’huile, en fines couches de couleurs superposées, transparentes, qui se fondent doucement donnant une belle matière. Cette technique nouvellement inventée permet d’obtenir un effet de lumière qui accentue la tension ambiante présente dans ce tableau.

Histoire Le tableau «Le Christ bénissant» se trouvait au couvent Santo Stefano de Venise, sans doute à la suite d’un don de Bellini. Le prince Orlov puis le marchand d’art François Kleinberger en furent les propriétaires avant que, à la suite d’un legs, le musée du Louvre s’en porte acquéreur en 1912.

Le peintre Giovanni Bellini dit (Giambellino, en vénitien, Zambellin) est né à Venise, entre1425 et 1433- IL est mort à Venise, 29 novembre 1516.
Peintre italien de la Renaissance, il est considéré comme le précurseur de l’école vénitienne. Il incarne avec un talent extraordinaire l’esprit de la Renaissance italienne.

C’est dans l’atelier de Jacopo que Giovanni apprend son métier de peintre. Il fait par la suite connaissance avec le milieu savant et novateur de Padoue . Puis s’inspire de l’art de son beau-frère Andrea Mantegna qui par la suite marquera profondément son travail..

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x