22 le Dolmen de la Chapelle Vendômoise et sa symbolique

Bonjour à toutes et tous,

Voici la 22è des œuvres d’art que je vous propose chaque semaine.

Comme quoi de très belles œuvres sont situées “tout près de nous” !
N’est-ce pas une allégorie du monde ?…

Le dolmen de la Chapelle vendômoise.


en Loir-et-Cher (41), France -pour celles et ceux qui sont loin.

Certains pensent que le nom sacré du village (la chapelle), pourrait être lié à la christianisation
d’un très ancien lieu de culte pré chrétien. Qui sait ?

Toujours est-il que ce monument date du Néolithique (à vous de trouver des précisions dans la datation…).


On le connaît sous 3 dénominations traditionnelles :
1 – La Table du diable,
2 – la Caillotte de Gargantua, où la caillotte est un amas de cailloux traînant dans la poche de
celui-ci, et dont il se débarrassa au dessus de ces lieux,
3- davantage une légende qu’un nom aujourd’hui oublié, son origine féérique, où l’on entendrait encore,

la nuit, des musiques mélodieuses s’en échapper.

Un rien d’analyse de ces  vocables :
1- Cette 1ère dénomination fleure les temps médiévaux et, bien plus, modernes, avec leur chasse aux hérésies païennes.

2- Gargantua est un personnage mythique très ancien, seulement repris, comme Gargamel sa mère, dans les œuvres de Rabelais.
Le François n’a fait que réutiliser de manière inventive de très vieux mythes. En effet, de très nombreux lieux sont rattachés à Gargantua, par leur toponymie ou leur légende, et ceci bien avant la création de ses Cinq Livres.
Car la racine Garga s’avère très ancienne, au moins indo-européenne sinon plus vieille encore,
où elle constituerait alors le nom générique des populations préalable à l’intrusion des indo-européen durant l’âge du bronze.
Sa signification ? Lisez bien : Géant , dont la forme adjectivale est … “gigantesque”,
à mettre en relation aussi avec des êtres mythiques grands par les pouvoirs : Gorgone, Darda (cf. Dardanelles), etc aux noms présentant la même répétition sonore.

3- La référence à une origine féérique nous indique une légende plus ancienne, sans doute liée à la précédente mention.
“seuls des géants ont pu bâtir cela “, celle du plein temps des fées, reine prêtresses des cultes de la Déesse mère,
temps qui se continua au moins jusqu’aux temps modernes et leur idéologisation intolérante qui se poursuit toujours autour de nous.

Notons qu’il servit de borne séparant les fiefs du vendômois et du blésois, au point que quelques historiographes très aventureux
et peu observateurs le pensèrent érigés en 1057 pour marquer cette limite.

Le dolmen est du type “à portique”, diffusé principalement dans l’ouest ligérien (avec deux épicentres vers Saumur et Baugé).

Il est intéressant de voir que ce monument , sans doute funéraire (aussi), adopte un plan antichambre (portique) // chambre double, qui sera tellement utilisé, bien plus tard.

La particularité de ces pierres formant portique consiste aussi, et peut-être surtout, dans leur réelle ressemblance avec la corps d’une femme parturiente, c’est à dire en train d ‘accoucher.
Ce qui corde fortement avec les traditions anciennes où la Mort est matrice de régénération vers une réincarnation.

À vous de commenter, que je n’aie pas l’impression désagréable de parler dans le désert.
Par écrit, même un mot pas très long, mais ceci me permettra d’avoir un retour bienvenu 😉

Portez vous bien.

Admirez, savourez, étudiez…

Bien amicalement
Jean-François
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x